Carte Calendrier
Budget Lectures Le site
Ecrire un message Consulter les messages
Carte & photos -> Moscou -> St-Petersburg -> Transsibérien -> Lac Baïkal -> Vladivostok Commentaires
Carte & photos -> Hokkaido -> Aomori -> Tokyo -> Mont Fuji -> Kyoto -> Nara Commentaires
Carte & photos -> Busan -> Temple Golgul -> Gyeongju -> Séoul Commentaires
Carte & photos -> Beijing -> Shanghai -> Tangkou & Mt Huang Shan -> Likeng -> Wuyuan -> Changsha -> Yangshuo -> Hong Kong -> Macao Commentaires
Carte & photos -> Hanoi -> Sapa -> Mt Fansipan -> Ninh Binh -> Hué & DMZ -> Hoi An -> Dalat -> Parc Cat Tien -> Ho Chi Minh City Commentaires
Carte & photos -> Phnom Penh -> Battambang -> Stung Sangker -> Angkor -> Ban Lung Commentaires
Carte & photos -> Don Det -> Pakse -> Tha Khaek -> Vientiane -> Luang Prabang -> Vang Vieng -> (Thaï) Bangkok Commentaires
Carte & photos -> Delhi -> Agra -> Jaipur -> Pushkar -> Bikaner -> Jodhpur -> Jaisalmer -> Udaipur -> Mont Abu -> Mumbai Commentaires
Carte & photos -> Dar Es Salam -> Zanzibar -> Moshi -> Kilimandjaro Commentaires
Busan: 17 - 19 août 2007

 

Busan (ou Pusan selon la source) est la deuxième ville coréenne après Séoul avec 3.66 mios d'hab. et est le principal port du pays. Pour les Coréens et les Japonais, cette ville est aussi très réputée pour ses plages, notamment celle de Haeundae qui, selon les informations locales, peut accueillir jusqu'à 500'000 baigneurs.

 

On est arrivé en ferry depuis la ville japonaise d'Osaka. Nous sommes partis à 16:00 du Japon pour arriver le lendemain à 10:00 au port de Busan. Nouveauté, le ferry était de construction coréenne et, malheureusement pour eux, il ne tient pas la comparaison avec ceux du Japon. Habitué au luxe des classes économiques japonaises, on a dû revoir nos attentes à la baisse. Quelques points positifs: les bains (chauds) et la cabine de 6 personnes exclusivement pour nous. Premier contact avec la nourriture coréenne, Vania a mangé du porridge au bouillon et Yvan des nouilles très très épicées. Tant le porridge que les épices (piments) ne font pas partie de l'alimentation japonaise. Au grand malheur de Vania et au bonheur mesuré d'Yvan (parfois, ils y vont quand même un peu fort), la barrière du piment est franchie et le rouge dominera encore certains plats en Chine (souvenirs de notre voyage en 2005). Pour Vania, la règle est très simple: "Les plats où le rouge prédomine sont à éviter".

 

Que dire de notre séjour à Busan? Tout d'abord, on a mis deux heures pour trouver la Guest house que nous avions auparavant réservée via Internet, sans carte (oh! malheur). Même le taxi que nous avons pris lorsque nous étions vraiment perdus s'est trompé de quartier. Dans la malchance, il y a toujours un peu de chance, on a trouvé notre chemin grâce à une agence immobilière qui avait une carte très détaillée de la région. Choyé par les japonais, on a mis un peu de temps avant de se prendre en main et d'interroger les Coréens. Au Japon, à la moindre hésitation visible de notre part, les locaux nous proposaient immédiatement leur aide (même sans parler l'anglais).

 

La Guest house était au 3e étage d'un vieux bâtiment. Au premier, une école enfantine et au 2e, une salle de Taekwondo. La famille qui héberge les backpackers est composée d'un couple et d'un petit garçon de 2 ans. Etonnamment, lors que nous avons enfin trouvé l'appartement, il n'y avait personne. On n'a donc posé nos sacs et sommes partis visiter Busan. On a mangé dans la rue des brochettes de riz aggloméré. Pour ceux qui ne connaissent pas, imaginez du riz cuit dans l'eau et pressé pour donner une pâte blanche. Le résultat ressemble à une saucisse de Vienne blanche à consistance caoutchouteuse. On les mange blanche ou rouge de piments, c'est selon. A expérimenter. Notre verdict: très bon.

 

Busan est une ville, euh... ben en fait plutôt moche. Imaginez une grande ville avec quelques gratte-ciels, peu de verdure, des routes à 4 ou 6 voies qui déchirent la ville et la rende vite inhumaine (pour nous petits Suisses). De la ville, on a visité le principal centre commercial et deux quartiers centraux pour l'animation et leurs commerces. Vu que pratiquement tous les films étrangers sont présentés en version originale sous-titrée, on a profité de l'occasion pour aller au cinéma. En raison d'un malentendu "linguistique" avec la caissière, on n'a pas vu le film souhaité et on a dû se taper un autre légume américain: "The Fantastic 4". Cela nous a rappelé notre expérience en Chine où nous voulions voir un film d'art martial local et, à nouveau pour un malentendu linguistique, avions revu le documentaire sur les pingouins "la Marche de l'Empereur" pour la 2e fois puisque nous l'avions déjà vu en Suisse peu avant le départ. Snif.

 

Nous sommes sortis deux fois de la ville. La première fois pour visiter le temple bouddhiste de Beomeosa. Enfin un peu de verdure. Et la deuxième fois pour se rendre à la "super plage" de Hueundae. Imaginez une plage où la masse humaine, cache le sable et l'eau. Forcément, à cause d'Yvan, on a dû aller dans l'eau car il voulait prendre le pari que, malgré la fourmilière, on arriverait à toucher l'eau. Ce que l'on oublie de dire, c'est que Vania n'a pas de costume de bain depuis le début du voyage (elle l'a oublié en Suisse). Lorsque nous allons nous baigner en public, elle utilise une culotte et un soutien-gorge de sport. Le look... Le plus gênant est qu'elle a du se changer devant tout le monde avec pour seule "cache" un petit linge qu'Yvan tenait fidèlement. Les costumes de bains coréens sont un peu moins "prude" qu'au Japon mais on voit encore beaucoup de filles qui se baignent avec des jupes ou d'ample costume une pièce. Vu l'importance de l'emballage vestimentaire, les hommes peuvent difficilement se rincer l'œil. On s'est donc baigné 30 minutes mais on n'a pas nagé car les gardes nous empêchent, au moyen scooter des mers, de dépasser les bouées placées très proches de la plage (même Vania avait son fond, c'est dire...).

 

Bref, Busan, c'est étouffant. On a réduit d'une nuitée notre séjour initial de trois nuits et sommes partis pour de nouvelles aventures dans la ville de Gyeongju. Ce qui est cool dans ce pays et qu'en deux heures de bus, on se retrouve dans une toute autre région. Un peu comme en Suisse.

Nous retenons de Busan, notre première ville coréenne:

  • snif.