Carte Calendrier
Budget Lectures Le site
Ecrire un message Consulter les messages
Carte & photos -> Moscou -> St-Petersburg -> Transsibérien -> Lac Baïkal -> Vladivostok Commentaires
Carte & photos -> Hokkaido -> Aomori -> Tokyo -> Mont Fuji -> Kyoto -> Nara Commentaires
Carte & photos -> Busan -> Temple Golgul -> Gyeongju -> Séoul Commentaires
Carte & photos -> Beijing -> Shanghai -> Tangkou & Mt Huang Shan -> Likeng -> Wuyuan -> Changsha -> Yangshuo -> Hong Kong -> Macao Commentaires
Carte & photos -> Hanoi -> Sapa -> Mt Fansipan -> Ninh Binh -> Hué & DMZ -> Hoi An -> Dalat -> Parc Cat Tien -> Ho Chi Minh City Commentaires
Carte & photos -> Phnom Penh -> Battambang -> Stung Sangker -> Angkor -> Ban Lung Commentaires
Carte & photos -> Don Det -> Pakse -> Tha Khaek -> Vientiane -> Luang Prabang -> Vang Vieng -> (Thaï) Bangkok Commentaires
Carte & photos -> Delhi -> Agra -> Jaipur -> Pushkar -> Bikaner -> Jodhpur -> Jaisalmer -> Udaipur -> Mont Abu -> Mumbai Commentaires
Carte & photos -> Dar Es Salam -> Zanzibar -> Moshi -> Kilimandjaro Commentaires
Mumbai: 29 décembre 2007 - 2 janvier 2008

Le wagon de luxe à l'indienne...

Nous avons quitté la ville d'Ahmedabad en train à 14 heures pour nous rendre à Bombay (récemment renommée Mumbai rompre avec l'héritage colonial anglais). On s'est fait une fleur en prenant le billet le plus cher, soit une place assise en wagon 1ère classe avec air conditionné pour CHF 70.- tout compris. C'est relativement cher pour le niveau de vie indien et le rapport qualité/prix n'était pas au rendez-vous. Le wagon était extrêmement vieux. A par le tissu des sièges, le métal prédominait. Il n'y avait aucune décoration ou garniture plastique comme on aurait pu s'y attendre dans un wagon dit de "classe supérieur". Le seul élément de modernité fut les télévisions à écran plat, une pour chaque deux sièges, qui diffusaient des soaps opéras indiens et de la publicité tout au long du trajet.

Durant le trajet, nous avons aussi eu droit à deux repas. Le gouter de 16h00 comprenait du thé et du café ainsi qu'un beignet sur-frit et autres oléagineux (cacahuètes, noix de cajou,...). Le souper fut typiquement indien avec du riz, des lentilles, des légumes trempant dans un curry huileux et des galettes de pain.

On s'est senti en sécurité tout au long du trajet car l'entrée du wagon était gardée par deux indiens armés de carabine. C'était les garde-du-corps d'un VIP assis devant nous avec sa famille.

On est arrivé à 22 heures dans la gare centrale de Mumbai d'où l'on a pris un taxi pour rejoindre le quartier de Colaba où est concentré la majorité des hôtels et restaurants pour touristes.

La ville

Mumbai, la plus grande ville-port d'Inde, est la capitale de l'Etat du Maharashtra. Anciennement nommée Bombay, elle a changé de nom récemment afin de s'éloigner un peu plus de l'héritage colonial anglais. Ce n'est d'ailleurs pas la seule ville qui a été renommée. Quelques exemples: Bangalore -> Bengaluru; Madras -> Chenmai; Calcutta -> Varanasi; ...

Selon un recensement fait en 2001, Mumbai comptait environ 12 millions d'habitants mais d'autres estimations plus récentes portent le nombre total d'habitants à plus de 20 millions (périphérie incluse).

Mumbai a beau être une énorme cité, elle n'en reste pas moins agréable à visiter comparé aux précédentes villes indiennes. Les rickshaws et les vaches sont interdits au centre-ville. Il y ainsi moins de pollution atmosphérique et sonore. De plus, il y a aussi plus d'odeur de bouse de vache. Finalement, les chauffeurs de taxis sont plus calmes et ont certainement plus de peine à nous héler à travers leur vitre.

De plus, Mumbai est l'une des villes où l'héritage colonial anglais est le plus présent. Il y a de grandes artères qui sont pavées, l'université (1857), le musée de Mumbai (1905) ainsi que d'autres bâtiments comme la cour de justice sont né d'une fusion architecturale entre le style gothique britannique et le style hindou du sud. La gare Victoria est d'ailleurs inscrite au patrimoine de l'Unesco depuis 2004 pour la richesse de son architecture. Sa construction a été achevée en 1887, 34 ans après le départ du premier train indien depuis Mumbai. Il y a aussi la Porte de l'Inde ("The Gate of India") qui fut construite en 1911 pour célébrer la venue du Roi d'Angleterre George V.

On a visité la plupart de ces monuments durant nos trois jours passés sur place. La National Gallery of Modern Art sera d'ailleurs le premier et le dernier musée à vocation artistique visité durant notre séjour indien.

Mumbai est aussi la capitale et le centre de production du cinéma indien, les fameux films "Bollywood". Faut-il rappeler que l'industrie cinématographique indienne produit plus de films qu'Hollywood... reste juste un petit "hic" au niveau de la qualité. La production de masse n'enfante pas beaucoup de chefs-d'œuvre. On profitera donc de notre séjour pour aller au cinéma et voir le nouveau dessin animé appelé "Hanuman". Il s'agissait d'une histoire du Dieu Singe (l'un des millions de dieux indiens) qui avait décidé de se réincarner en petit enfant pour porter secours à d'autres petits enfants persécutés par des "grands petits" enfants. Le film avait un fort goût de curry masala (en français "mixte), soit un mélange sans fin d'épices avec pour résultat un patchwork de style, d'images, de morales, de symboles, etc... Il y a même eu des images flash avec Oussama Ben Laden et George Bush ainsi que les tours du World Trade Center qui étaient sauvée par le Dieu Singe qui faisait plier les tours au moment où les avions voulaient les percuter. On a aussi pu voir Gandhi et d'autres personnages connus d'Inde que nous ne connaissions pas. Bref, la morale de l'histoire pour le petit indien qui voit ce dessin animé, c'est: "Mange beaucoup pour être fort (et gros) afin de pouvoir taper les grands enfants". Le tout était aussi légèrement machiste car les petites filles n'existaient pas. Il n'y avait que des petits garçons et leur maman (et pas de père). Ce fut donc une expérience intéressante mais on ne franchira pas le pas supplémentaire qui est de le recommander.

On va éviter de trop l'ébruiter mais on a aussi profité des marchands ambulants pour acheter quelques logiciels informatiques et DVD piratés. Le prix était très bas et c'est tant mieux car nous les avons pas encore testés... On a aussi acheter un sari pour Vania. Ce fut un belle aventure. On pensait découvrir le monde des femmes et de leur sari mais on s'est quand même retrouvés dans un magasin de confection de saris où les vendeurs-conseillers étaient tous des hommes. Après la prise des mensurations, le sari a été taillé sur mesure 24 heures plus tard. Vania n'a pas encore compris comment le mettre mais on a reçu un mode d'emploi et elle va y travailler lorsque nous serons de retour en Suisse.

Une autre expérience fut celle de l'envoi d'un colis postal. Dans les pays précédents, vous arrivez avec votre marchandise, faite faire un carton et envoyez le tout. En Inde, vous arrivez avec vos objets, vous discutez du prix avec un employé de la poste et ensuite, vous ressortez de la poste pour faire emballer vos affaires. Eh oui, la poste centrale de Mumbai, petite agglomération de 22 millions d'habitants, ne vend pas de carton. Il faut aller dans la rue et négocier avec un wallah pour faire emballer son colis. On a d'ailleurs du payer un supplément pour avoir un carton et pas seulement un sac de riz. On a pu admirer la confection de l'emballage car le wallah a littéralement cousu un sac de riz autour du carton et l'a scellé avec de la cire. L'adresse est écrite sur le tissu car il n'y a évidemment pas d'autocollants. Après tout cela, on espère que le colis atteindra la Suisse.

Un nouvel-an mémorable

On est désolé pour les indiens mais dégoûté par la nourriture indienne (surtout Vania qui se tapait toujours les mêmes légumes huileux au curry), nous avons décidé de renouer avec notre style de cuisine préféré. On a donc sans hésiter réservé une table dans un restaurant chinois tenu par des chinois (on voulait éviter une pâle copie indienne).

Le repas fut excellent et très copieux. Cela nous a changé de Noël où pendant que nos familles festoyaient, Vania vomissait sa salade de fruits... indienne. On a donc adoré le repas et on tient aussi à préciser qu'il a été normalement digéré.

Comme nous avions mangé assez tôt et que nous n'étions pas très chaud pour tester les "after" à la mode indienne ("sauce huileuse" serait le terme plus approprié), nous avons regagné notre chambre et visionné un film pour "faire durer la soirée". Ce fut un succès car le film a duré assez longtemps pour nous tenir éveillé jusqu'à 24h00. On a néanmoins pas compris grand chose au film car nous avons dû subir un concerto de tambour joué par des Indiens qui s'étaient judicieusement placés juste sous notre fenêtre. Les tambours ont bien entendu continué longtemps après minuit.

En gros, ce ne fut pas le plus mémorable des Nouvel-An mais comme les précédents, c'est rarement le 31 décembre que l'on a le plus de plaisir.

Un futur incertain

Durant notre séjour "Mumbayien", nous avons suivi avec un grand intérêt les élections au Kenya. Il s'agissait pour nous de savoir qui allait être le prochain Président et nous permettait ainsi de faire connaissance avec le pays. Si tout s'était bien déroulé le jour de l'élection, ce ne fut plus du tout le cas lors de la publication des premiers résultats. Le candidat de l'opposition donné gagnant par les derniers sondage s'est retrouvé de manière expliquée en 2e position après le président sortant. L'opposition a immédiatement déclaré que l'élection avait été truquée et les organisations étrangères ont soutenu cette version.

Le résultat: 30 morts le 31 décembre qui ont grossi pour donner un total de ~600 morts après une semaine d'émeutes.

Le hic: notre vol en partance de Mumbai (acheté longtemps auparavant) était justement prévu pour la capitale du Kenya, Nairobi. N'ayant aucune assurance annulation et le site internet d'Air India était complètement muet sur une éventuelle annulation du vol, nous avons été pris de forts doutes. On ne voulait découvrir la nouvelle saison des machettes au Kenya. Finalement, on s'est quand même décidé à prendre notre vol dans l'espoir de rester à l'aéroport et trouver un vol suivant pour la Tanzanie.

La chance: notre vol avec Air India faisait une courte escale à Nairobi avant de poursuivre pour Dar es Salam (Tanzanie). On a donc simplement prolongé notre vol jusqu'à Dar es Salam.

Le conclusion: notre séjour prévu au Kenya s'est limité à une heure passé sur le tarmac de leur aéroport. Vive la Tanzanie... et l'adaptation.

Nous retenons du Mumbai:

  • les beaux restes de l'architecture coloniale britannique
  • l'absence de rickshaws et de vaches au centre ville = moins de pollution, d'odeurs et d'excréments
  • le resto chinois du 31 décembre
  • et malheureusement les tamtams sous notre fenêtre