Carte Calendrier
Budget Lectures Le site
Ecrire un message Consulter les messages
Carte & photos -> Moscou -> St-Petersburg -> Transsibérien -> Lac Baïkal -> Vladivostok Commentaires
Carte & photos -> Hokkaido -> Aomori -> Tokyo -> Mont Fuji -> Kyoto -> Nara Commentaires
Carte & photos -> Busan -> Temple Golgul -> Gyeongju -> Séoul Commentaires
Carte & photos -> Beijing -> Shanghai -> Tangkou & Mt Huang Shan -> Likeng -> Wuyuan -> Changsha -> Yangshuo -> Hong Kong -> Macao Commentaires
Carte & photos -> Hanoi -> Sapa -> Mt Fansipan -> Ninh Binh -> Hué & DMZ -> Hoi An -> Dalat -> Parc Cat Tien -> Ho Chi Minh City Commentaires
Carte & photos -> Phnom Penh -> Battambang -> Stung Sangker -> Angkor -> Ban Lung Commentaires
Carte & photos -> Don Det -> Pakse -> Tha Khaek -> Vientiane -> Luang Prabang -> Vang Vieng -> (Thaï) Bangkok Commentaires
Carte & photos -> Delhi -> Agra -> Jaipur -> Pushkar -> Bikaner -> Jodhpur -> Jaisalmer -> Udaipur -> Mont Abu -> Mumbai Commentaires
Carte & photos -> Dar Es Salam -> Zanzibar -> Moshi -> Kilimandjaro Commentaires
Pakse (& Champasak): 15 - 19 novembre 2007

Pakse, petite ville d'environ 70'000 habitants, est la capitale de la province de Champasak. Crée en 1905 par les Français, la ville est en pleine croissance depuis l'ouverture du pont Lao-Japon en 2002 qui facilite le commerce avec la Thaïlande.

On est parti de Don Det en barque puis en minibus touristique pour atteindre Pakse en fin de journée. On a facilement trouvé un hôtel proche du centre. On découvrira le lendemain que celui-ci est tenu par un Laotien d'origine, Laurent Boun, mais de nationalité française car il a passé 30 ans de sa vie en France. Laurent avait quitté le Laos à l'âge de 8 ans et cela faisait juste une année qu'il était revenu à Pakse pour aider son père qui tenait l'hôtel (Thaluang Hotel).

Le soir, nous irons mangé indien, en quelque sorte l'apéritif avant notre séjour d'un mois dans ce pays. Pakse est une ville très tranquille mais n'a guère d'intérêt pour un touriste. Nous y sommes resté longtemps uniquement pour mettre à jour notre site internet.

On retiendra néanmoins plein d'éléments positifs de notre séjour. Tout d'abord, les discussions avec Laurent. Ensuite, la gentillesse et la bonne humeur des locaux. Et finalement, la propreté de la ville (enfin une ville propre, selon nos standards suisses qui ont bien baissé depuis le début du voyage).

Grâce à nos discussions avec Laurent, nous avons pu mieux comprendre le fonctionnement du pays. Par exemple, l'hôtel de son père est propriété de l'état et la concession dont il bénéfice est valable pour 35 ans. Libre à eux de la renégocier à terme ou de partir. L'Etat lui impose aussi deux charges supplémentaire. Un comptable public qui a ainsi deux travails, fonctionnaire payé par l'état et comptable payé par l'hôtel. Il vient travailler quand bon lui semble et il est surtout présent pour contrôler la trésorerie. La deuxième charge est l'impôt de 20% que l'état perçoit sur le chiffre d'affaires. C'est le fonctionnaire qui s'assure du bon paiement de ce prélèvement fiscal. Une carence importante du système est la non-déductibilité des améliorations apportés au bien immobilier. Le corollaire est que cela ne motive pas les hôteliers à investir pour moderniser outil de travail.

La gestion du personnel demande une sacrée énergie. Les employés sont souvent malades et viennent plus ou moins quand ils veulent. Il leur faut souvent trois fois plus de temps pour effectuer une tâche. De plus, ils se limitent à leur cahier des charges (quoique cela est aussi difficile) et font preuve de peu d'esprit d'initiative. Par exemple, un réceptionniste ne ramassera jamais un papier tombé devant la réception car c'est le travail de la femme de ménage, etc...  On aura d'ailleurs tout le loisir de l'observer durant nos 4 jours dans cet hôtel (et dans les suivants).

On sait que lorsqu'on achète des biens dans un marché, on paie toujours plus cher que les locaux. Le jeu étant de se rapprocher du prix local. On sera néanmoins étonné d'apprendre que Laurent (au physique très laotien) a aussi droit à des prix surfaits car son accent franco-laotien joue en sa défaveur. Il nous fournira tout de même de précieux conseils sur les prix de certains aliments.

Champasak

Champasak est un village situé au bord du Mékong. L'endroit est surtout connu pour les ruines du Champasak Wat Phu, un temple construit durant la période du royaume d'Angkor (voir notre texte sur la visite de ce site cambodgien).

Comme il n'y avait pas de sites "d'intérêts" à Pakse, nous avons donc cherché ceux des alentours. On a donc loué un scooter pour une journée afin de visiter les ruines de Champasak. Quarante-cinq kilomètres plus tard, nous sommes arrivés au site, non sans avoir fait une halte pour reposer nos fesses. Les routes laotiennes font concurrence aux cratères lunaires.

Eh bien... bof. Désolé, le site est intéressant mais après les temples d'Angkor... on est devenu un peu difficile. Quelques belles pierres ne sont plus aussi appréciées qu'auparavant.

On pensait y passer la journée mais nous avons visité le site en une heure (en prenant notre temps) et sommes repartis pour Pakse.

Chutes d'eau de Tat Fan

On a mangé à Pakse et comme nous avions encore la moto pour l'après-midi, nous avons donc décidé de visiter les chutes d'eau de Tat Fan. Elles sont situées à trente-cinq kilomètres de la ville et sont connues car l'eau chute d'une hauteur de 120 mètres.

Nous sommes donc repartis en scooter. Pas de chance, après 20 kilomètres, un orage a éclaté. On s'est retrouvé mouillé en quelques secondes. Vu que la pluie nous frappait le visage (on roulait sans casque), nous avons fait une pause et attendu que l'orage cesse. Ce ne fut pas le cas. On a donc finalement décidé de rebrousser chemin, d'autant plus que des chutes d'eau sous une chute de gouttes de pluie... on sait pas trop ce que cela aurait pu donner, notamment sur les photos.

Voilà, après ces quelques jours passés à Pakse, nous sommes repartis en bus pour Tha Khaek.

Nous retenons de Pakse:

  • l'excursion d'un jour pour visiter les ruines de Champasak
  • l'excursion avortée pour aller voir les chutes d'eau de
  • les discussions avec Laurent
  • le calme et la gentillesse des habitants de Pakse