Carte Calendrier
Budget Lectures Le site
Ecrire un message Consulter les messages
Carte & photos -> Moscou -> St-Petersburg -> Transsibérien -> Lac Baïkal -> Vladivostok Commentaires
Carte & photos -> Hokkaido -> Aomori -> Tokyo -> Mont Fuji -> Kyoto -> Nara Commentaires
Carte & photos -> Busan -> Temple Golgul -> Gyeongju -> Séoul Commentaires
Carte & photos -> Beijing -> Shanghai -> Tangkou & Mt Huang Shan -> Likeng -> Wuyuan -> Changsha -> Yangshuo -> Hong Kong -> Macao Commentaires
Carte & photos -> Hanoi -> Sapa -> Mt Fansipan -> Ninh Binh -> Hué & DMZ -> Hoi An -> Dalat -> Parc Cat Tien -> Ho Chi Minh City Commentaires
Carte & photos -> Phnom Penh -> Battambang -> Stung Sangker -> Angkor -> Ban Lung Commentaires
Carte & photos -> Don Det -> Pakse -> Tha Khaek -> Vientiane -> Luang Prabang -> Vang Vieng -> (Thaï) Bangkok Commentaires
Carte & photos -> Delhi -> Agra -> Jaipur -> Pushkar -> Bikaner -> Jodhpur -> Jaisalmer -> Udaipur -> Mont Abu -> Mumbai Commentaires
Carte & photos -> Dar Es Salam -> Zanzibar -> Moshi -> Kilimandjaro Commentaires
Tha Khaek: 19 - 21 novembre 2007

Tha Khaek est une petite ville de 70'000 habitants située au bord du Mékong. Il suffit de prendre un ferry pour atteindre la Thaïlande.

Nous nous sommes arrêtés à Tha Khaek car cette ville est à mi-chemin entre Pakse et la capitale Vientiane. Ce fut donc un arrêt bienvenu afin de ne pas passer 24 heures de suite en bus. Surtout que nous avions pris ligne locale qui fut loin d'être de tout repos. Le bus était pourri: des ventilateurs grinçants à la place de la climatisation, les sièges laissaient apparaître des barres de fer pointues (aïe aïe l'accident) et tout les revêtement en (faux) cuir avaient été arrachés. Après 6 mois de voyage, nous lui avons offert la palm du bus le plus pourri de notre voyage.

Nous avons mis une journée pour effectuer les 368 kilomètres et sommes donc arrivés à la tombée de la nuit (il fait nuit à 18 heures). On a voulu se rendre à pied vers une guest house mais lorsque nous avons compris que nous étions un peu trop loin (merci au Laotien qui s'est arrêté au milieu d'un giratoire pour nous renseigner), nous avons pris un Tuk Tuk pour le reste du trajet. Vania a été ravie car nous avons trouvé une chambre (super propre) dans une charmante auberge.

Le lendemain, nous avons loué un scooter pour aller visiter les cinq grandes et superbes grottes situées dans un rayon de 20 kilomètres autour de la ville. Malheureusement, une seule fut visitée car nous n'avons jamais trouvé les quatre autres. Au Laos, il y a très rarement des panneaux sur les routes. Et s'il y en a, on ne s'en prive pas. C'est d'ailleurs grâce au seul panneau indicatif vu sur une route que nous avons pu trouver la grotte. Si les grands axes routiers sont en très bon état, la plupart des routes secondaires ne sont pas goudronnées comme celles que nous avons empruntées. Des signes indiquaient toutefois qu'elles étaient sur le point d'être refaites (ou terminées). Que de poussières! A chaque fois qu'un camion nous dépassait, nous étions pris dans une tempête blanche. Nostalgie des tempêtes de neige... D'ailleurs le paysage environnant était blanc de poussières.

Pour combler la journée (la visite de la grotte a été rapide), nous avons visité Tha Khaek et admirer quelques vieilles bâtissent coloniales.

Lors d'un repas, nous avons été interpellé par un Laotien parlant parfaitement le français. Il était responsable d'une école de langues qu'il avait lui-même fondée. Il cherchait d'ailleurs des professeurs d'anglais. Il nous a expliqué que le français n'avait plus la cote. Il avait invité le "haut responsable de l'éducation" pour la province de Khammuan. Lorsque ce dernier fut parti, il a repris la discussion avec nous. C'est à ce moment qu'il nous a vanté les millions que l'on pouvait obtenir si l'on investissait au Laos. Surtout, sans rien faire... Selon ces dires, il suffisait de donner les dessous de tables aux bonnes personnes pour gagner des millions. Bref... on a eu droit à un cour sur la corruption donné par un diplômé (certainement avec "mention") de cette matière particulièrement répandue au Laos. Il nous a quitté en nous laissant ses coordonnées pour de futures affaires... On y songe...

On quittera Tha Khaek en prenant à nouveau un bus local pour atteindre la capitale Vientiane.

Nous retenons de Tha Khaek:

  • la tentative de visiter les cinq grottes et la visite effective d'une seule
  • l'entretien avec le diplômé de la corruption
  • l'auberge sympa
  • les repas pris dans un restaurant vietnamien (plats simples mais succulents)