Carte Calendrier
Budget Lectures Le site
Ecrire un message Consulter les messages
Carte & photos -> Moscou -> St-Petersburg -> Transsibérien -> Lac Baïkal -> Vladivostok Commentaires
Carte & photos -> Hokkaido -> Aomori -> Tokyo -> Mont Fuji -> Kyoto -> Nara Commentaires
Carte & photos -> Busan -> Temple Golgul -> Gyeongju -> Séoul Commentaires
Carte & photos -> Beijing -> Shanghai -> Tangkou & Mt Huang Shan -> Likeng -> Wuyuan -> Changsha -> Yangshuo -> Hong Kong -> Macao Commentaires
Carte & photos -> Hanoi -> Sapa -> Mt Fansipan -> Ninh Binh -> Hué & DMZ -> Hoi An -> Dalat -> Parc Cat Tien -> Ho Chi Minh City Commentaires
Carte & photos -> Phnom Penh -> Battambang -> Stung Sangker -> Angkor -> Ban Lung Commentaires
Carte & photos -> Don Det -> Pakse -> Tha Khaek -> Vientiane -> Luang Prabang -> Vang Vieng -> (Thaï) Bangkok Commentaires
Carte & photos -> Delhi -> Agra -> Jaipur -> Pushkar -> Bikaner -> Jodhpur -> Jaisalmer -> Udaipur -> Mont Abu -> Mumbai Commentaires
Carte & photos -> Dar Es Salam -> Zanzibar -> Moshi -> Kilimandjaro Commentaires
Cat Tien National Park: 22 - 24 octobre 2007

Après plusieurs jours passés dans les villes, on a décidé de retrouver Mère nature et avons donc choisi d'aller visité le parc national de Cat Tien.

Le parc d'une surface de 72'00 hectares a longtemps été habité par l'ethnie Funan avant d'être uniquement occupé par des animaux. Après avoir été sévèrement endommagé par les défoliants américains durant la dernière guerre, la végétation du parc est revenue. En 2001, l'Unesco a inscrit ce parc dans sa liste des réserves biologiques importantes.

On est parti de Dalat tôt le matin. Un petit bus est venu nous chercher et nous a conduit vers un autre hôtel où le grand bus nous attendait. On a évidemment dû payer une petite commission pour ce service (mais on ne sait pas combien).

Après 4 heures de route pour effectuer ... ~180km et une heure de pause repas, nous avons été déposé par notre bus au milieu de nul part. A vrai dire, nous nous sommes retrouvés devant le bureau de poste d'une petite ville vietnamienne. Selon notre fidèle guide Lonely Planet, il n'y avait aucun transport organisé/public pour atteindre le parc. On a donc trouvé deux motards qui ont accepté de nous y amener. On est parti après avoir négocier le prix.

Après 25 km de route, nous sommes arrivés devant l'entrée du parc. C'est là que les ennuis ont commencé. Lors de la négociation du prix, nous avions exigé que les motards écrivent le prix sur un petit calepin. Le prix fixé était à 15'000 dongs (CHF 1.50) par personne. Au moment de payer, nos chauffeurs ont exigé 150'000 dongs, arguant qu'ils avaient oublié un zéro. Autant nous qu'eux étions de mauvaise fois. Nous savions que le trajet devait coûter ~40'000-50'000 dongs par personne et qu'ils avaient fait une erreur lors de la négociation. De leur côté, ils ont essayé de corriger leur erreur où nous arnaquant davantage. Après moult discussions (dans une atmosphère plutôt calme) avec nos motards, les vendeuses des magasins environnants et le gardien du parc qui soutenaient leurs compatriotes, nous sommes finalement tombés d'accord sur un prix de 50'000 dongs. Hormis Vania (qui n'était pas au courant des prix et qui pensaient que l'on s'étaient fait rouler dans la farine de riz), tout le monde avait le sourire.

Un petit bateau nous a amené dans le parc, situé de l'autre côté de la rivière. Aucune négociation n'a été nécessaire car le trajet était compris dans l'entrée du parc. Bonheur et nature! Le camp de base du parc comprend une trentaine de bâtiments et peut héberger 55 personnes tout au plus. On s'est donc retrouvé pratiquement seul (la saison touristique n'est évidement pas durant la saison des pluies) dans un merveilleux cadre vert.

Nous avons eu une petite chambre dans un petit baraquement en béton (tout moisi et infesté d'insectes). Le bonheur... surtout pour les "arachnophiles".

Le lendemain, nous sommes partis avec un guide pour aller marcher dans la jungle. L'itinéraire original de quatre heures a été raccourci de moitié car il y avait des inondations (saison des pluies...). Avant le départ, nous avons du revêtir des énormes chaussons de tissus remontant jusqu'au genou et couvrir nos chaussures de gel contre les sangsues qui pullulent durant la période humide. Marcher dans la jungle est une expérience enrichissante pour deux Occidentaux peu habitués à ce type de végétation. La jungle est d'une telle densité que la lumière filtre à peine. La biodiversité est incroyable. Une overdose de chlorophylle très photogénique.

Pendant que Vania mitraillait la nature armée de notre appareil photo, Yvan a fait connaissance avec notre guide. Il s'appelait Tsoun. Agé de 31 ans et toujours par marié , il avait été "désigné" par ses parents pour s'occuper d'eux. Dit autrement, il devait leur donner de l'argent pour qu'ils puissent se nourrir. Tsoun a donc du quitter un travail dans l'hôtellerie pour être guide dans le parc situé à côté du village où habite ses parents. Il ambitionnait de jouer un rôle pour améliorer son pays, n'hésitant pas à émettre des idées révolutionnaires. Il voyait un avenir où les gens se réuniraient à nouveau pour renverser le gouvernement corrompu. Il avait aussi beaucoup de sympathie pour l'Europe et la Chine mais beaucoup moins pour les Etats-Unis qui, selon lui, "sont présents dans les pays du monde uniquement pour les vider de leurs ressources". En résumé, le guide était très sympa mais nous a très peu appris sur la jungle. On voyait bien que le métier de guide n'était pas son bol de ... riz.

On est revenu au camp pour manger puis sommes repartis seuls l'après-midi. On s'est promené sur la seule route du parc qui longeait la jungle sans la traverser. C'était le seul endroit où l'on était autorisé à marcher sans être accompagné d'un guide.

Après deux nuits sur place, on est reparti en bateau puis en moto (avec un prix négocié sans problème) jusqu'à "l'arrêt du bus" où un car faisant Dalat -> Ho Chi Minh City devait nous prendre vers midi. Après une longue attente au bord d'une route très fréquentée, notre transport est finalement arrivé avec une heure trente de retard. Heureusement car nous commencions à envisager la recherche d'un autre moyen pour atteindre Ho Chi Minh.

Nous retenons du parc national Cat Tien:

  • végétation luxuriante de la jungle
  • le calme
  • le repas dans la cantine (toujours les mêmes plats mais excellents)
  • la découverte du pomelo (cousin du pamplemousse), délicieux (mais long à préparer)
  • nos négociations avec les motards