Carte Calendrier
Budget Lectures Le site
Ecrire un message Consulter les messages
Carte 1. Buenos Aires 2. Puerto de Iguazu 3. San Ignacio 4. Salta 5. Purmamarca 6. Humahuaca 7. S. Antonio de los Cobres 8. Cafayate 10. Cachi 11. Cordoba 12. Mendoza
Carte & photos -> Hokkaido -> Aomori -> Tokyo -> Mont Fuji -> Kyoto -> Nara Commentaires
Carte & photos -> Busan -> Temple Golgul -> Gyeongju -> Séoul Commentaires
Carte & photos -> Beijing -> Shanghai -> Tangkou & Mt Huang Shan -> Likeng -> Wuyuan -> Changsha -> Yangshuo -> Hong Kong -> Macao Commentaires
Carte & photos -> Hanoi -> Sapa -> Mt Fansipan -> Ninh Binh -> Hué & DMZ -> Hoi An -> Dalat -> Parc Cat Tien -> Ho Chi Minh City Commentaires
Carte & photos -> Phnom Penh -> Battambang -> Stung Sangker -> Angkor -> Ban Lung Commentaires
Carte & photos -> Don Det -> Pakse -> Tha Khaek -> Vientiane -> Luang Prabang -> Vang Vieng -> (Thaï) Bangkok Commentaires
Carte & photos -> Delhi -> Agra -> Jaipur -> Pushkar -> Bikaner -> Jodhpur -> Jaisalmer -> Udaipur -> Mont Abu -> Mumbai Commentaires
Carte & photos -> Dar Es Salam -> Zanzibar -> Moshi -> Kilimandjaro Commentaires
Mendoza: 12-14 septembre 2009 -> photos & google map <-

On est arrivé tôt le matin à Mendoza après une nuit de plus dans un bus couchette. Avec ses 110'000 habitants, cette ville est beaucoup plus petite que Cordoba (1'450'000 habitants). Sa taille "humaine" nous a tout de suite séduits. De plus, plusieurs petits parcs ont été aménagés autour du centre et les rues sont aussi plus vertes grâce à la présence de nombreux arbres.

Nous avons rapidement trouvé un hôtel bon marché mais propre (Punto Urbano Hostel). Un établissement à recommandé si l'on n'est pas trop sensible au bruit. L'endroit est loin d'être tranquille (trafic).

Après la découverte des rues, nous avons commencé la visite des sites culturels par le Museo Fundacional sur l'évolution de la ville qui a été bâtit sur les ruines de l'ancien Cabildo (bâtiment communal) détruit lors du tremblement de terre de 1861. Ce dernier ravagea presque intégralement la ville. Le même jour, nous aurons la joie de manger les meilleures pâtes fraîches de nos vacances en Argentine. Seul bémol, le cuisinier y est allé un peu fort sur l'ail, ce qui a dramatiquement augmenté notre consommation de chewing-gum durant 2 jours.

Le soir, en rentrant d'un restaurant, le pire restaurant du voyage (la journée des extrêmes après les excellentes pâtes fraîches), nous sommes tombés par hasard sur le marché artisanal nocturne. Beaucoup de magnifiques objets mais finalement aucun achats car, voyageant sac au dos, chaque objet acheté doit d'abord trouver une place dans le sac (c'est pas facile) et ensuite ce même sac doit être porté.

Un jour plus tard, nous avons découvert le grand parc de Mendoza. Pour s'y rendre, nous avons pu apprécier l'architecture des maisons du quartier chic. Le parc fut par contre un peu décevant. Il paraît énorme sur la carte touristique mais en réalité, il comprend aussi un zoo, un stade de foot pour le mondial de 1978 (dans un état discutable) ainsi que d'autres bâtiments. Le plus étonnant est la grande route nationale qui le traverse. Bref, ce tout rend le parc moins vert car le gris y tient une place importante. Dommage.

Le jour suivant fut le Grand Jour (ou le jour à Yvan). Mendoza, c'est aussi (et surtout) le chef-lieu d'une région qui est réputée pour ses vins. Cela méritait amplement une journée. Nous sommes donc partis tôt un matin depuis Mendoza pour rejoindre en bus le petit village de Maipu situé dans la périphérie. Ce village est très réputé car la route des vins de Mendoza le traverse du Nord au Sud. Les exploitations viticoles sont très bien indiquées et plusieurs magasins louent des vélos à la journée. Le service de location est impressionnant. Pour un prix modique, nous avons reçu, en sus de deux bouteilles d'eau, une carte détaillée et une dizaine de bons pour un verre de vin gratuit ou un rabais sur le prix d'une visite. Nous avons loué un tandem comme lors de notre voyage en Corée du Sud en 2007. Tous les sites sont à quelques kilomètres de distance et la distance la plus longue entre les deux extrêmes est d'environ 15 km.

Nous avons pédalé quelques kilomètres pour débuté notre visite par la Bodega La Rural, une grande exploitation viticole. Il y a un musée assez intéressant qui montre plusieurs anciens outils et machines ainsi quelques objets personnels ayant appartenus à la famille fondatrice. Nous n'avons néanmoins pas dégusté de vin même si cela est possible.

Nous avons ensuite continué vers la Chocolaterie et Liqueurs Montecaseros. Cet établissement est une petite PME familiale tenue par un Suisse (Winterthur)-Uruguayen d'origine. Il s'est spécialisé dans les liqueurs originales ainsi que le chocolat, l'huile d'olive et la confiture. On a dégusté les produits suivants:

-> fromage fumé à l'huile d'olive

-> dulce de leche (pâte de lait caramélisé) au café

-> absinthe 75%

-> liqueur rhum/whisky (+sucre) au tabac

-> chocolat mi-amer au raisin

Yvan est reparti avec une petite fiole de liqueur au tabac.

Nous avons ensuite pédalé une dizaine de kilomètre pour atteindre la Bodega Di Tommaso fondée en 1869. Avant débuter la dégustation des vins, Yvan ayant besoin de faire un fond, nous avons commencé par mangé. Vania a mangé une excellente tarte épinards-oignons avec patates nouvelles à la crème. De son côté, Yvan a dégusté un excellent cannelloni-champignons-crème-poulet (presque aussi bon que celui de sa mère) accompagné d'un vin blanc Torrontes. Estomac rempli, Yvan a dégusté trois vins de cette bodega. Le Cabernet Sauvignon élevé en barrique était excellent alors que les deux autres vins du cépage Malbec qui a fait la renommée de Mendoza ont un peu moins bien passé.

Quelques kilomètres de plus en tandem et nous voilà à l'Olivicola Laur, une oliverie comme son nom l'indique. Nous avons été très déçus par la visite. On pensait avoir droit à une explication détaillée sur la production d'huile d'olive. Malheureusement, la visite dura 5 minutes et on nous envoya déguster une seule huile d'olive accompagnée de canapés faits de pain et de tomates séchées. Une dégustation d'une seule huile... c'est un peu juste.

Nous finirons la journée par la Bodega Trapiche. C'est une cave gigantesque de 1'000 hectares qui a été fondée à la fin du XIX siècle par des immigrants italiens. Nous avons enfin eu une visite un peu plus intéressante que les autres. Le guide, froid d'un premier abord, s'est révélé être très sympa. Après quelques explications sur l'histoire de la cave et le tour du bâtiment historique, il nous a très bien conseillé et informé durant la dégustation qui suivit. Une fois de plus, Yvan a préféré un Chardonnay 2007 par rapport à un vin du cépage local Malbec.

Un mot sur l'endroit. Autant éliminer tout de suite les images de vignes plantées au milieu d'un décor magnifique comme en trouve en France, Italie ou dans le Lavaux vaudois. Maipu est un lieu gris qui serait même désertique sans l'irrigation artificielle (les vignes sont irrigées au goutte-à-goutte). La route du vin est une veille route de goudron trouée et le côté sportif de la parcourir à vélo est largement réduit par les rejets noirs des nombreux camions qui passent par cette même route. Entre deux camions, on a quand même pu apercevoir le plus haut sommet de la région, l'Aconcagua qui culmine à 6'962 mètres. En résumé, la nature environnante n'est pas très photogénique si ce n'est l'intérieur des caves (et le fond des verres...). Celles-ci offrent toutes un service de dégustation (souvent bon marché) et de visite guidée (souvent gratuite). Il reste que les visites sont très courtes et c'est l'aspect commercial qui est mis en avant. Notre avis final sur Maipu sera moins enthousiaste qu'avant la visite.

On quittera Mendoza la nuit suivante pour Buenos Aires.